En plein ciel
Démolition
Le Plein Ciel


# Accueil

# Histoire de la tour

# Panoramas

# Démolition

# Foudroyage

# Liens

# L'aventure du site

# Contact

# Infos légales




* La décision de démolition

 La façon dont le sort du Plein Ciel a été scellé recèle encore quelques zones de flou. Il semblerait que les premières décisions, dont la déclaration d’utilité publique permettant de lancer les expulsions ait été faite dès  2007.
Mais le changement de municipalité en 2008 donne un répit au Plein Ciel avec l’idée de le transformer en objet d’art, projet de Marc Chopy.

 Le cas du Plein Ciel s’inscrit dans un accord avec l’Agence nationale pour la rénovation urbaine. Le référendum polémique de 27 juin 2009 condamnera la tour à la démolition.
 Celle-ci aurait du effective dès l’automne 2010, mais la complexité de la tâche et quelques surprises vont faire durer l’opération un an de plus que prévu.



* Une destruction complexe

  Déjà, la démolition suppose un long cheminement administratif (déclaration d’utilité publique, expropriation…) auxquels s’ajoutent des contraintes techniques comme la modification du réseau de distribution d’eau local dont le château d’eau était un élément important.
 Le château d'eau est à lui seul problématique, Le Plein Ciel est un ouvrage unique en Europe, donc il n’existe pas de protocole de démolition pour un bâtiment de ce type, et la présence d’un immeuble à peine à quelques mètres de l’entonnoir ne donne aucun droit à l’erreur.

 La tour a par ailleurs réservée une dernière facétie à ses démolisseurs, la présence insoupçonnée d’amiante dans plusieurs éléments, même de la colle, qui a fait prendre du retard aux travaux.

 Finalement, à l’été 2011, la date de foudroyage est arrêtée au 24 novembre 2011, à 10H45.

L'entrée murée du bâtiment en septembre 2011La terrasse côté esplanade est aussi bloquée
L'entrée murée du bâtiment en septembre 2011 et la terrasse côté esplanade


* Les derniers jours

  Le chantier de démolition commence en juin 2010, le projet est piloté par Ginger CEBTP et réalisé par Arnaud Démolition.

 Après le désamiantage, avec le dépouillage progressif du bâti en septembre 2011 avec le retrait des fenêtres et de certaines cloisons, commence la fragilisation à proprement parler.
 Le but est de retirer 98% des matériaux non porteurs présents (bois, plastique, verre…) et 40% des murs de la structure.

 Les fondations en béton armé ont été entaméesLes huisseries ont totalement été retirées en octobre 2011
Les fondations en béton armé ont été entamées
et les huisseries ont totalement été retirées en octobre 2011

 Afin d’éviter une implosion pure et simple du bâtiment, 4 niveaux de trous ont été percés dans les murs aveugles afin de libérer le souffle de l’explosion aux niveaux où seront situées les charges.

 Les trous dans les murs aveuglesLes trous dans les murs aveugles
Les trous dans les murs aveugles

 Aussi, pour contrôler sa chute, le château d’eau est solidement ancré à la tour par 4 points où des câbles fixés au toit s’enfoncent dans le réservoir.

 Un des ancrages du chateau d'eau
Un câble liant le réservoir à la tour pour l'inciter à chuter dans cette direction

 A mi-novembre, se peaufine la dernière partie du chantier sur la tour même, avec la mise en place des bâches qui contiendront les débris dans les zones dynamitées.

L'enseigne a été enlevéeLa pose des bâches
Fin octobre 2011, Le Plein Ciel a perdu son nom, mi-novembre, il est enroulé dans un linceul de bâches

 C’est aussi l’occasion de constater que la tour ne repose plus sur grand chose.

 Ce qui reste des fondationsCe qui reste des fondations
Ce qui restait des fondations avant le foudroyage

 Parmi les derniers préparatifs, une vaste campagne de terrassement autour du bâtiment, ce qui restait de l’esplanade supérieur est détruit, une digue de terre est créée le long de l’immeuble le plus proche qui est aussi protégé par un échafaudage.
 En effet, à peine distant de quelques mètres du château d’eau, ce bâtiment était particulièrement vulnérable en cas de problème de chute du réservoir.

 L’autre barre d’habitation qui encadrait Le Plein Ciel, plus éloignée sera quand à elle en partie pour protéger ses façades récemment ravalées.

Vue sudVue ouestVue nordVue est
17 novembre, à une semaine de son exécution, la tour, drapée dans son linceul


* J-1

 Spectacle surréaliste le brumeux mercredi 23 novembre, alors que les explosifs sont posés à l’intérieur du bâti, des piscines pour neutraliser la poussière sont placées de part et d’autre du bâtiment.

 La veille de sa démolition, Le Plein Ciel était déjà devenu un fantôme… Mais il attire étrangement à lui des dizaines de curieux venus lui rendre une dernière visite.

J-1, un fantôme dans la brumeJ-1, un petit bain ?J-1, un fantôme dans la brume
Mercredi 23 novembre, J-1, dans une brume fantômatique, avec d'étranges piscines à ses pieds, Le Plein Ciel vit ses dernières heures...


* Un foudroyage devient une oeuvre

  Néanmoins, de part sa démolition même, l’immeuble va laisser une trace au travers de l’intéressant projet Crash-box qui consiste à effectuer des captages vidéo de démolitions vues de l’intérieur.
 Les crash-box sont des caméras de haute précision permettant des ralentis saisissants placées dans des caissons ultra-résistants eux-mêmes mis dans de solides structures comme un cube d’acier ou des pneus de tracteurs.

  Vous pouvez découvrir plusieurs éléments du projet des informations détaillées sur la procédure de fragilisation et de démolition sur les pages suivantes :
- http://crash-box.fr/timeline/Programmation-de-la-2e-experience
- http://crash-box.fr/timeline/Plans-d-affaiblissement-de-la-Tour
- http://crash-box.fr/timeline/article/reunion-de-chantier-a-st-etienne



J-2 avant le grand boum...
Mardi 22 novembre, J-2


Collectif

Agrume.org


Textes & photos © irina (agrume.org)